Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Voie d'accès
commentaires

Le chat de Sakhaline

10 Janvier 2021, 16:52pm

Publié par Sybille de Bollardière

#ARIF (Alternative Reality Illustrated Fiction) précédent épisode : "Vous avez un message"

Rentrant de Bretagne en ce début janvier, j’ai retrouvé le Perche sous un froid glacial et au fond du jardin, la caravane métamorphosée en base intersidérale. Jonas, confortablement installé face à ses écrans se leva d’un bond à mon arrivée. Après un rapide présentation de ses nouveaux équipements qui devaient nous permettre de nous connecter à n’importe quel lieu de l’univers, il se tourna vers moi.

- Tu as lu mon texte ? Qu’est ce que tu en penses ?

- Je ne suis pas experte en science-fiction mais j’aime bien ce récit et je suis d’accord pour le publier dans l’atelier.

Après quelques corrections, je mis en ligne son texte précédé de la rapide précédé de la présentation succincte qu'il avait rédigée. 

« Robot androïde des années 50 - spécialiste des connexions et de la mémoire, j’ai participé à un certain nombre de projets internationaux avant d’échouer dans le Perche. Voici un souvenir de ma période soviétique…»

Le chat de Sakhaline

A l’époque des faits, je travaillais depuis plus de dix ans sous la direction du professeur Emily Jonakova au bureau d’étude d’une base secrète de OKBS[1] dans l’extrême Orient Russe. Svobodny2 déclarée zone interdite, était située sur la côte ouest de l’Île de Sakhaline face au détroit de Tatarie. Dans des bureaux vétustes et des ateliers envahis par la rouille, nous travaillions sur le projet d’implantation d’une colonie de robots androïde pour l’exploitation d’une mine sur une des planètes satellite de Kepler 62, récemment découverte. Kepler 62S renommée Albaminor, planète rocheuse riche en minerais, était l’objet de toutes les convoitises de Moscou. Notre base se chargeait d’équiper les navettes en robots androïdes avec l’équipement nécessaire aux forages et à l’extraction. Après une escale sur les stations orbitales de Mir ou d’Almaz, les navettes et leurs occupants volaient en distorsion spatiale, vers la galaxie de Kepler 62, l’étoile naine orange et Albaminor, notre terre promise.

Je n’étais pas du voyage pas plus que Boris l’autre robot chargé des chaines de fabrication, un ancien d'OKBS et des équipes d’Emily Jonakova. Après le départ d’un équipage et les longues semaines de travail qui l’avait précédé, Emily m’autorisa à consacrer mon temps libre à la fabrication d’un robot personnel. C’est ainsi qu’est né Vassili. Un chat, appelé couramment aujourd’hui un animat[2], un robot de compagnie capable d’appuyer sur l’interrupteur de vos volets roulants, d’allumer la télévision ou même de réparer une connexion basique. En dehors d’un miaulement assez réussi, Vassili ne possédait ni le langage ni l’autonomie de décision. A la fois agile et puissant grâce à des terminaisons nerveuses efficaces et des griffes rétractiles reliées à un réseau de synapses, il pouvait grimper aux arbres et faire des bonds impressionnants. Par la taille, Vassili s’apparentait plus au lynx qu’au chat européen. Nous nous quittions rarement. Ses yeux pourvus de lentilles vertes et de rayons laser balayaient les longues galeries sombres de la base quand nous rentrions le soir. Avec Boris, nous formions un trio inséparable et au fil des mois de l’interminable hiver de Sakhaline, Vassili devint la mascotte des équipages d’androïdes pour Albaminor.

Tant que nous restions dans le modèle unique, nous n’avions pas de règles précises ni d’interdits clairs concernant la fabrication danimat mais j’appréhendais un ordre de désintégration de Vassili pour des raisons de sécurité. Un matin, Emily Jonasova me prit à l’écart. Il neigeait et malgré le froid glacial, elle me demanda de l’accompagner à l’extérieur des bâtiments. Après avoir longé en silence les quais désaffectés et d’anciens entrepôts, elle m’entraîna sous un hangar dont une partie du toit avait cédé sous le poids de la neige. Elle sortit son paquet bleu de Belomorkanal[3] et alluma une cigarette en soupirant. Je détectai sa peur au son de sa voix, à la tonalité forcée qu’elle prit pour m’annoncer que Moscou « souhaitait une révision de la mémoire de certains robots… » Après une nouvelle bouffée aspirée à plein poumons, elle ajouta : « Boris arrive en fin de cycle et j’ai remarqué chez lui quelques défauts structurels impossibles à effacer… Et puis, pour le remplacer, j’ai un androïde très compétent qui rentre d’Albaminor la semaine prochaine… »

Je connaissais les règles, les usages et mon rôle dans la circonstance. C’était la demande de désintégration de Boris en bonne et due forme. Après cette brève entrevue, nous sommes rentrés en silence le long de la galerie. Au moment d’ouvrir la porte de notre bureau, Emily me précisa : « Jonas, toi et moi travaillons avec Boris depuis dix ans et ce n’est pas de gaieté de cœur que nous nous séparons de lui… »

Comme prévu, le soir même, nous nous sommes rendus Boris et moi à la salle de désintégration située à l’extrémité du bloc Raspad.[4] Résigné à la décision du bureau central, il gardait un silence prudent tout en jouant avec Vassili qui nous suivait en trottinant dans les couloirs. Après la fermeture du dernier sas, j’ai chargé les différents rayons, installé Boris sur le siège de sécurité et verrouillé les bracelets métalliques sur ses poignets et ses chevilles. Il ne m’avait jamais paru aussi grand, aussi dense même si le métal de ses membres commençait à montrer des signes de faiblesses aux jointures. Je me dirigeai vers l’écran de protection quand Boris me retint par le bras :

- Je peux te demander une dernière chose ?

- Bien entendu !

- J’aimerais que tu transfères ma mémoire…

- Boris, tu sais que c’est totalement interdit ! C’est la première chose qu’il vérifieront lors de mon scanner de sortie.

- Je connais les règles Jonas ! Je ne pensais pas à toi… mais à Vassili… transfère lui ma mémoire… Je sais que tu peux le faire…

Oui, je pouvais et je savais le faire. Je connaissais Boris depuis longtemps et si j’ignorais tout de son histoire avant mon arrivée à Svobodny2, je l’appréciais assez pour prendre le risque.

Une heure plus tard, alors que nous quittions le bloc Raspad Vassili et moi, j’entendis un miaulement étrange comme un son saturé de métal froissé. Je me suis retourné. Vassili me regardait et ses yeux semblaient me dire avec gratitude : « Je suis là… »

« Décidemment tu es un peu naïf Jonas ! » Ai-je pensé en me demandant si je n’aurais pas dû vérifier la mémoire et le passé de Boris avant le transfert… Je fis un geste pour l’attraper mais il m’échappa. Je courrais derrière lui en entendant ses griffes d’iridium crisser sur le ciment quand je le vis bondir vers une sortie du bâtiment donnant sur la forêt. En quelques secondes il avait maîtrisé le système d’alarme et ouvert la porte.

Je réalisai que Vassili-Boris m’avait définitivement échappé. Je n’ai même pas essayé de le retrouver dans l’épaisse forêt de conifères où j’ai vu la lueur de ses yeux se perdre cette nuit-là. Après quelques jours, j’ai déclaré dans mon rapport officiel que Vassili avait été désintégré en même temps que Boris pour des raisons de sécurité.

Les mois suivants, les journaux locaux firent état de destructions inexpliquées aux alentours de la base : saccage de bâtiments administratifs, réseaux de câblages sectionnés et puis il y eut une série de crimes d’une violence inouïe sans qu’on puisse les attribuer formellement à un humain ou à un animal. Les victimes étaient retrouvées lacérées sans présenter des signes de morsures. Après avoir évoqué des actes terroristes, la police locale se résolut à conclure à l’incursion d’un lynx ou d’un ours brun affamé, les villageois décidèrent qu’il s’agissait d’un Ourod[5].

La base fut fermée quelques années plus tard alors que je séjournais sur la plateforme Mir. Depuis j’ai découvert tous les détails du passé de Boris dans le camp de réadaptation où il était chargé des cyber-criminels. Aujourd’hui, Svobodny2 renommée Ouglegorsk, n’est plus qu’une bourgade de 9000 âmes, un port de pêche de l’extrême orient russe et seuls quelques villageois parlent encore du monstre dont les traces ont été aperçues pour la dernière fois sur les pentes du mont Lopatine. Mais était-ce bien Vassili ?

Jonas W.S.

 A suivre... Jonas aux cent mémoires
[1] OKBS (russe : Опытное Конструкторское Бюро спутник; translittération: Opytnoïllé konstrouktorskoïllé biouro; littéralement « Bureau d’études expérimental sputnik ou satellite »
[2] Robot de forme animale
[3] Belomorkanal (Russe : Беломорканал) est une marque de cigarettes, à l'origine par l'usine de tabac Ouritsky à Leningrad, URSS
[4] Распад (désintégration en Russe)
[5] Monstre, créature hybride

 

Voir les commentaires

commentaires

Vous avez un message

2 Janvier 2021, 09:56am

Publié par Sybille de Bollardière

#ARIF (Alternative Reality Illustrated Fiction) précédent épisode : des livres pour Jonas

1 janvier 2021 - Quelque part au bord de la mer. J'ai commencé l’année par un rêve étrange. Je marche dans les rues de mon village la nuit et je suis Jonas le robot. La rue déserte et glaciale, ne ressemble pas tout à fait à celle que je connais, Je sens le souffle de ma respiration givrer sur le rebord de mon casque et mes bras se balancent le long de mon corps au rythme de mes pas. Je remarque les fenêtres de la maison éclairées comme pour un soir de fête mais pas une voiture ne stationne dans l’étroite ruelle qui s’enfonce dans la nuit. Lentement le rêve s’efface tandis que l’écran de mon smartphone s’éclaire. « Mise à jour » m’annonce le petit robot du système Androïd en tournant sur lui-même. Les notifications du jour s’affichent : Retour de la neige, Tousanticovid est activé, vous avez un message…

La machine à café s’emballe, l’odeur de pain brûlé me réveille… j'actionne l'interrupteur des volets roulants. La mer a la couleur du ciel, pas de vent et quelques oiseaux de mer dont je n'entends pas le cri derrière les vitres isolantes. Retour sur terre en 2021. Parmi les nombreux mails et cartes de vœux électroniques je découvre celui de Jonas.

Jonas W.S. <jonas.ws51@gmail.com
Bonjour et bonne année,
Pas très animé le village un soir de nouvel an ! Je m'y suis promené cette nuit et pas âme qui vive ! Sinon, j’ai trouvé le site de l’atelier en ligne et je me suis inscrit. Voici mon adresse mail et à bientôt car avec le retour de la neige je pense que tu ne vas pas tarder. C’est bien, le bois que tu as acheté ne chauffe pas suffisamment, il faudra recommander du chêne mais on verra ça à ton retour.
A + Jonas 
A suivre : Le chat de Sakhaline

 

Voir les commentaires

commentaires

Voeux 2021

1 Janvier 2021, 10:00am

Publié par Sybille de Bollardière

Voir les commentaires

commentaires

Des livres pour Jonas

29 Décembre 2020, 16:45pm

Publié par Sybille de Bollardière

#ARIF (Alternative Reality Illustrated Fiction)

Episode précédent : "Tombé du ciel"

J’ai laissé passer Noël et quelques journées de pluie avant d’envisager de retourner au fond du jardin. Un après-midi, la neige est arrivée. Collante et mouillée, elle a détrempé la campagne et les routes où j’avançais en soulevant des gerbes d’eau, soudain la nuit est tombée et dans la lueur des phares, j’ai cru voir Jonas. Oui c’était bien lui, debout sur le bord de la route, luisant de neige fondue avec le faisceau lumineux de son orbite gauche balayant les bas-côtés. Il avançait en me faisant des signes de la main. J’ai freiné, dérapé quelques mètres avant d’immobiliser ma Clio. Lorsque j’ai ouvert ma portière, il n’y avait plus personne. J’avais beau scruter la campagne environnante, un plateau désert balayé par le vent et les bourrasques de neige avec au loin des bois émiettés dans l’immensité boueuse. Nulle trace de Jonas.

J’ai repris ma route et très vite une petite voix intérieure est venue me seriner avec insistance : « Tu es partie trop vite l’autre soir et depuis je n’ai pas osé te déranger … J’aimerais bien que tu passes… Demain si possible, quand il fera jour c’est préférable, j’ai quelque-chose à te montrer… Ah aussi, j’oubliais, je veux bien quelques livres… »

Des livres ? Où étais-je allée chercher cette idée ? Qu’est ce qu’un robot ferait avec des livres ? Un naufragé de l’espace avait sûrement mieux à faire… Comme se connecter par exemple, pour demander de l’aide ou… Qu’est-ce que j’en sais moi ? …

Pourtant, dès le lendemain matin, j’étais là dans l’allée avec sur la ligne de crète des collines, les premiers rayons d’un timide soleil d’hiver mais, sans les livres. Jonas m’attendait devant la caravane visiblement remise à neuf. Il s’avança vers moi d’un pas sûr.

- Tu n’as pas eu mon message où je te demandais quelques livres ?

- Quel message Jonas ? Au fait, je constate que tu as réparé ton pied mais également ta main…

- Mais réponds-moi ! Hier, tu as dû recevoir un message à la tombée de la nuit …

- Pas vraiment un message Jonas, j’appellerai plutôt ça une hallucination !

- Alors il faut t’y habituer, tu en auras d’autres, ça fait partie de ma façon de communiquer.

- Est-ce que je dois admettre la présence d’un robot télépathe dans mon jardin ou dois-je consulter très rapidement ?

- S’il te plait va me choisir quelques livres et rapporte-les-moi, je te prépare un thé dans ta caravane réparée.

- Tu ne préfèrerais pas que je te prête ma tablette avec mes codes ?

Une fois encore j’ai cru le voir sourire, une sorte de distorsion à l’ouverture de son micro. Jonas était de trois quart, son œil s’alluma et le faisceau se dirigea vers moi.

- Je n’ai pas besoin de tes codes, il y a longtemps que je les ai craqués… Non pour une fois, j’aimerais lire tes livres de papier…

Disciplinée mais prévoyante, je suis revenue avec  4321 de Paul Auster et L’art de la joie de la joie de Goliarda Sapienza, choisis l’un et l’autre, essentiellement pour leur taille et leur nombre de pages. Du solide et du dense pour un robot maladroit et visiblement rapide. J’ai même hésité à lui apporter le Dictionnaire Historique de la langue française d’Alain Rey mais le poids de l’ensemble m’a tout de même paru excessif…

Dans la caravane, devant la douce chaleur du poêle, Jonas ravi, jeta un œil rapide sur les quatrièmes de couverture tout en déposant des sachets de Roïbos dans nos mugs.

- Tu préfères ça au thé je crois ?

- Jonas, puisque tu sembles tout connaitre de ma personne, je te propose de me parler un peu de toi, qu’en dis-tu ? On commencerait par la fin par exemple : Pourquoi tu es là, la raison de ton irruption dans ma caravane ? Comment un homme ou plutôt un robot, aussi habile que toi a-t-il pu se vautrer dans mon décor ?

- Assieds-toi, bois ton thé tranquillement et je vais t’expliquer ma présence ici … Bien sûr j’ai eu quelques ennuis qui ont précipité mon arrivée mais j’avais une raison bien précise pour te rencontrer.

- Ah oui ? Laquelle ? Avons-nous des connaissances communes ?

- Pas exactement ! En fait, je voulais m’inscrire à ton atelier en ligne.

A suivre... Vous avez un message

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>